Arrêter de fumer avec les Défumés Heureux Index du Forum

Arrêter de fumer avec les Défumés Heureux
Les ex-fumeurs ou personnes en sevrage viennent partager un peu de leur vie, dans la bonne humeur

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Arrêter de fumer sans grossir !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Arrêter de fumer avec les Défumés Heureux Index du Forum -> Tabac et sevrage -> Dossiers sur le tabac
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marilyb
Administrateur


Inscrit le: 09 Sep 2008
Messages: 28 118

MessagePosté le: Lun 18 Jan 2010, 15:19    Sujet du message: Arrêter de fumer sans grossir ! Répondre en citant




« C’est mauvais pour la santé ! », « Tu fumes trop ! », « Tu nous empestes avec ta clope ! »… Une remarque déjà entendue ? Alors vous faites sûrement partie des 30 % de fumeurs en France…

Bonnes résolutions obligent, vous avez décidé d’arrêter. Et pour éviter de passer pour une idiote sans volonté, impossible de craquer !

Mais le problème quand on arrête de fumer, c’est justement d’arrêter de fumer. La cigarette est un tout : un geste, une habitude, une sensation, un goût, une accoutumance et une dépendance. Il y a certes, la « cigarette plaisir » mais au fur et à mesure, il y a aussi et surtout la « cigarette automatique ». D’où un manque plus ou moins marqué selon la dépendance !

Comme si tout cela ne suffisait pas, les kilos sont prêts, dès l’arrêt du tabac, à se loger bien au chaud dans notre petit corps de rêve (ou presque). Ceci dit, ce n’est pas une excuse pour ne pas arrêter…

Alors si vous avez les nerfs à vif et que vous voyez des cigarettes partout, découvrez nos conseils afin d'éviter l’escalade incontrôlée vers des kilos qui ne demandent qu’à s’installer 





Ca y est, c’est fait… Plus de paquets à la maison, cendriers vidés, briquets rangés. Un grand vide nous envahit soudain mais au-delà de la panique « post-décision », il va falloir se préparer aux prochains jours qui seront (nous n’allons pas vous mentir) les plus difficiles !

Illustration: une envie de chocolat vous prend. Direction le placard pour un petit carré réconfortant. Et là, horreur, malheur : plus de chocolat.
Deux cas de figure
Soit vous vous mettez à fondre en larmes, soit vous entrez dans une colère noire !

Bref, vous l'aurez compris, la décision d’arrêter de fumer est bel et bien prise, mais vous ne vous reconnaissez plus tellement, le manque se faisant sentir et s’exprimant à 3 niveaux :


La dépendance physiologique
Le corps réclame sa dose quotidienne de nicotine. C’est le besoin physique de fumer. Contrairement à ce que certains pourraient croire, c’est peut-être la plus facile à perdre ! Mais pour l’instant on le reconnaît, c’est notre corps tout entier qui réclame sa « dose » !


La dépendance émotionnelle
Il s’agit d’une des dépendances les plus tenaces, surtout pour les plus angoissées d’entre nous ! Vous connaissez la clope-anti-stress, la clope-passe-colère, la clope-anti-timidité, la clope-anti-peur ? Une émotion un peu forte et on allume une cigarette ! Résultat, quand on arrête, on compense comme on peut, et le plus souvent on se rabat sur la nourriture ! On grignote, sucré ou salé (peu importe), on a tout le temps l’impression d’avoir faim mais sans savoir de quoi exactement : on mange un petit quelque chose, mais on a toujours cette sensation d’insatisfaction. De ce fait, on grignote, encore et toujours, sans réussir à assouvir son besoin de manger !


La dépendance comportementale
On s’ennuie ? On fume. On attend quelqu’un ? On fume. On est au téléphone, en soirée, après manger ? On fume. La dépendance comportementale correspond à la notion d’habitude, cette cigarette automatique dont on vous parlait plus haut. L’habitude réside à la fois dans une situation bien précise mais également dans la gestuelle : le fait de porter la cigarette à sa bouche, de l’allumer, de la tenir entre ses doigts (on a d’ailleurs chacun notre technique), tout comme le fait de faire tomber les cendres ou de l’écraser a un côté routinier et rassurant.

De là, découle un besoin irrépressible de s’occuper les mains lors de l’arrêt du tabac, et ici aussi la nourriture nous tombe tout droit dans le bec : le fait de tenir une chose entre ses doigts ou et de le porter à sa bouche nous soulage. Ce qui est ingurgité, parfois en quantités astronomiques, ne comble pas vraiment le manque mais le geste est nécessaire… On ne s’arrête plus puisque la sensation de satiété n’est jamais ressentie.

Bref, on peut constater que toutes les occasions sont bonnes pour grignoter lorsqu'on arrête de fumer. Mais halte-là, des solutions existent : la prise de poids n’est pas systématique à l'arrêt du tabac. Découvrez tous nos trucs et astuces

Ces fameux kilos pris lors de l’arrêt du tabac font reculer beaucoup d’entre nous : 1/3 des personnes qui arrêtent ne prennent pourtant pas de poids après le sevrage !

On reconnaît qu’en moyenne, les femmes prennent plus de poids que les hommes : environ 4 kilos contre 3 pour ces messieurs. Encore une injustice…

Mais est-ce qu’arrêter de fumer fait réellement grossir ?

Vrai et faux.

La cigarette a un effet coupe-faim, on a donc tendance à moins manger quand on est fumeur. Lorsqu’on arrête de fumer, on mange donc naturellement plus. S’ajoute à cela le besoin de manger pour compenser !

En outre, les fumeurs brûlent davantage de calories : les dépenses énergétiques quotidiennes augmentent en moyenne de 6 % au repos et de 12 % à l’effort, ce qui équivaut à environ 300 calories dépensées en plus par le fumeur.
Pour éviter les kilos superflus, il faut donc soit réduire son apport calorique de 300 calories (brûlées habituellement par le tabac), soit conserver ses habitudes alimentaires tout en faisant un peu de sport (l’équivalent d’une heure de natation).
Pas très encourageant pour arrêter de fumer tout ça... Ceci dit, on ne vous dit pas non plus de vous priver complétement et brutalement : ce serait le meilleur moyen de grossir et de reprendre la cigarette. Allez-y doucement et ne vous refusez pas pour le moment, votre carré de chocolat tant adoré le soir devant la télé.
Commencez peut-être par ne plus vous resservir systématiquement au dîner et par réduire les quantités de vos tupperwaere pour les déjeuners au bureau par exemples...

Les substituts nicotiniques peuvent vous venir en aide pour maintenir votre poids : la consommation de nicotine diminue petit à petit dans votre sang, votre corps a de ce fait le temps de s’habituer à cette perte progressive et la prise de poids est moins massive, voire inexistante.

Mais ne misez pas que sur ça ! Evitez les grignotages intempestifs et profitez-en pour vous remettre au sport ! Non seulement cela va vous aider à ne pas grossir, mais l’activité sportive va occuper votre esprit et vous permettre d’évacuer stress, colère et contrariétés…




NOS TRUCS POUR NE PAS CRAQUER

N’entamez pas de régime : contrôler à la fois l’envie de fumer et de manger vous mettra à rude épreuve. Echec assuré !

Ne sautez aucun repas, et mangez suffisamment : pas de grignotage à la pause déj’ mais un repas consistant et équilibré pour éviter de vous ruer sur le frigo en rentrant chez vous ! Préférez les viandes maigres comme la volaille ou le poisson et concoctez-vous des sauces légères (à base de yaourt ou crème fraîche à 3% de MG). Misez sur les sucres lents (pain, riz, pâtes, pommes de terre) qui aident à mieux tenir entre les repas.
Pour la cuisson, évitez les corps gras et préférez la vapeur pour les légumes.

N’hésitez pas à redécouvrir la soupe : si pour vous, manger de la soupe est synonyme de punition, oubliez bricks et sachets pour redécouvrir le plaisir de la faire vous-même... Saveurs garanties... De plus, elle a le pouvoir de rassasier n'importe quel estomac affamé ! Avec une tartine de pain complet au beurre allégé ou à la Vache qui rit, il y a fort à parier que vous changerez bientôt d'avis sur la soupe !

Aidez-vous de substituts nicotiniques : un patch ou une gomme lorsque l’envie de fumer survient est un bon moyen de calmer le besoin passager.

Occupez-vous l’esprit, faites du sport, et préférez boire un verre d’eau plutôt que de grignoter quand une fringale vous prend : mâchez un chewing-gum ou armez-vous d’un bâton de réglisse à mâchouiller...

Evitez les excitants comme l’alcool ou le café. En effet, un excitant appelle un autre excitant et la cigarette en est un. C’est d’ailleurs souvent pour cette raison qu’en soirée la consommation de cigarettes est en général plus importante : on boit, donc on fume, on fume donc on boit etc…

Il faut réussir à séparer plaisir et cigarette. Le plaisir provient du moment en lui-même ou du fait de l’accompagner d’une cigarette ? Si la cigarette fait beaucoup, trouver un autre moyen, une autre source de plaisir. Attention tout de même à ne pas remplacer une addiction par une autre !


L'ARRÊT EST BON POUR LA SANTE !

Pour vous encourager, voici un petit panel des conséquences positives lors de l’arrêt du tabac. Vous pourrez constater que les méfaits du tabac disparaissent relativement rapidement :

1 semaine : Les poumons ne brûlent presque plus quand on prend les escaliers pour monter un seul petit étage (ni quand on prend l’ascenseur d’ailleurs !) ! Le rythme cardiaque est redevenu normal. On redécouvre aussi la saveur des aliments ! Eh oui, la cigarette modifie le goût et l’odorat !

1 mois : Enfin on tousse moins et les bronches sont moins encombrées. La voix s’éclaircie et le souffle est bien meilleur. Notre teint est plus lumineux (ah parce que gris n’était pas sa couleur naturelle ?...)

Après 1 an, le poids est stable et on résiste mieux aux microbes. Nos poumons ont récupéré 10 % de leur capacité (pas mal !). On a moitié moins de risques de faire une crise cardiaque qu’un an auparavant.

• Avec les années, et jusqu’à 10 ans d’arrêt, fini le risque d’infarctus du myocarde et de crise cardiaque, réduction de moitié des risques de cancer de la bouche, de l’œsophage, du pancréas, de la vessie mais des poumons. Après 15 ans, bonne nouvelle : les risques d’avoir un cancer du poumon rejoignent ceux d’un non-fumeur !

Allez, on y croit, on va tenir bon. On a déjà les nerfs en pelote, on mâchouille notre crayon, on le tient entre nos doigts (en souvenir du bon vieux temps), on agresse Véronique, notre collègue toujours souriante, agréable, gentille… qui nous demande juste si on veut un p’tit café… Bref, la journée va être longue ! Mais courage 

source :
http://www.cuisineaz.com/minceur/arreter-fumer-118-1-1.aspx
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 18 Jan 2010, 15:19    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dana



Inscrit le: 03 Jan 2010
Messages: 8 777

MessagePosté le: Lun 18 Jan 2010, 22:57    Sujet du message: Arrêter de fumer sans grossir ! Répondre en citant

Merci de cet article tres clair dasn lequel je me reconnais totalement. La clope solution gere tout!
Okay
_________________
Fais ce que tu aimes ! Et fais le souvent ! Une recette simple pour se tenir en joie.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:11    Sujet du message: Arrêter de fumer sans grossir !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Arrêter de fumer avec les Défumés Heureux Index du Forum -> Tabac et sevrage -> Dossiers sur le tabac Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com